Les armes

Colt_SAA_LadeklappePour les libertariens, chacun devrait avoir le droit de posséder des armes à feu pour se défendre. Le fait de détenir une arme n’est en soi pas une violation des droits des autres individus, son utilisation ne devient illégitime que si on s’en sert pour attenter à la vie d’autrui, ou pour menacer afin de forcer quelqu’un à agir contre sa volonté.

Histoire du droit des armes en France

En France, avant la Révolution, le droit de posséder des armes était un privilège des nobles. Avec la Révolution, le droit de posséder des armes est étendu à tous, et devient le moyen de protéger la nouvelle république. Les rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ont considéré la possibilité de mettre un article pour indiquer que chaque citoyen a le droit de posséder des armes, comme dans le second amendement de la constitution des USA (1791). Mais ils ont considéré que c’était tellement évident que ça ne valait pas la peine de l’inscrire ! Et ajoutent qu’il s’agit de « l’un des principaux garants de la liberté politique et civile » [1]. C’est également ce droit qui est sous-entendu par le droit « de résistance à l’oppression » de l’article II de la DDHC.

Le port d’armes sera libre jusqu’en 1939, où le gouvernement décide de limiter le droit de posséder des armes, par peur d’une révolte future à cause de la guerre. Mais c’est l’occupant nazi et le régime de Vichy qui interdiront complètement les armes, et appliqueront cette interdiction en demandant que toutes les armes soient remises dans les mairies. Le but était bien évidemment d’empêcher la résistance.

Avec la libération, la loi appliquée par le régime de Vichy est abrogée. Le droit de détenir des armes est donc rétabli. Mais ce droit va peu à peu disparaître. En 1973, ce droit est supprimé pour toutes les armes à feu sauf les armes de chasse. À partir de 1995, les armes de chasse doivent faire l’objet d’une déclaration. Et enfin, à partir de 1998, même l’achat des armes de chasse n’est plus libre pour le citoyen ordinaire (et devient réservée aux tireurs sportifs et chasseurs).

Point de vue libertarien

Chaque individu a le droit de se défendre contre des agresseurs (légitime défense) ou contre un dictateur cherchant à s’emparer de leur liberté (résistance à l’oppression). Ainsi le droit de posséder des armes est fondamental, car il constitue le droit pratique d’un individu de défendre sa vie, sa liberté et sa propriété. Les libertariens diffèrent par contre sur leur point de vue vis-à-vis du droit de rendre la justice soi-même.

Plusieurs arguments sont également à considérer en faveur du droit d’acheter et posséder des armes :

  • Celui qui planifie un meurtre ou un vol peut en pratique se procurer des armes sur le marché noir. Ainsi, ce sont les honnêtes gens qui sont désarmés, mais pas les criminels organisés.
  • La possession d’armes dissuade les criminels. En effet, il a été observé dans plusieurs États des USA une augmentation du crime après la mise en vigueur de lois interdisant la possession d’armes, et des observations similaires existent dans d’autres pays.
  • Dans le cas d’un tueur tirant dans la foule, peu de gens ont la possibilité de l’arrêter, la plupart des citoyens étant désarmés.
  • Posséder des armes est un moyen de se protéger contre la prise de pouvoir d’un dictateur ayant une milice (même si en pratique cela est peu probable dans les pays occidentaux).

Enfin, notons que ce sont souvent les pays les plus libres où le droit de porter des armes est le plus respecté, les dictatures ayant au contraire plus à craindre des citoyens armés pouvant se révolter. Par exemple, la Suisse, pas spécialement connue pour ses meurtres de masse ou son régimes autoritaire, a un taux très élevé de citoyens armés, car ceux-ci gardent leurs armes après leur service militaire (et peuvent être appelés à les utiliser pour défendre leur pays).

Et les armes de destruction massive ?

On entend parfois comme réponse aux arguments des libertariens, « mais alors, a-t-on le droit d’avoir des missiles nucléaires chez soi ? ». La réponse est alors qu’il s’agit dans ce cas d’armes de destruction massives, qui si elles étaient utilisées, feraient nécessairement des victimes innocentes. On ne peut donc pas les utiliser d’une manière qui respecte le droit à la vie des individus. Il faut donc établir une limite entre les armes qui peuvent raisonnablement être utilisés pour se défendre, et celle qui ne sont utilisables que pour des meurtres de masse.

Plus difficile de manière générale est la question de la légitimité des guerres, du fait des victimes innocentes, mais cela est un autre débat à part entière, qui fera l’objet d’un article futur.

Liens et références

Cet article, publié dans Société, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Les armes

  1. Philippe13 dit :

    Si 1939 a été la fin de l’achat absolument libre d’armes de poing mais après la libération les autorisations de détention pour défense étaient très largement accordées, ce jusqu’en 1959 et la guerre d’Algérie.

  2. En-akor dit :

    Et comment faire de nos jours , avec la personne qui peut detenir une arme légalement qui à la « base » ce presente bien , sous tous rapports et qui un beau jour , par folie ou exeder par le bruit que fait un mome en bas en jouant ….utilise son arme..

    Ma question donc : vu l’environnement dans le quel nous vivons ( stress , dépression , déséquilibre social etc..) peut-ont laissez chaques individus librement armés sachant qu’un « pétage » de plomd peut survenir a tout a chacuns .

    • mitsukipink dit :

      La question est la suivante :
      Vous, en tant qu’individu, si vous étiez libre et en possession d’une arme, vous en serviriez vous sur un enfant qui vous ennuie ?
      Si la réponse est oui… Alors j’appelle la police ! (Je rigole).
      Si la réponse est non, alors sachez que 99% des individus sont semblables à vous.
      Et sachez également que 99% des pétage de plombs et massacres à l’aide d’une arme (très souvent illégales) ne seraient pas arrivés, ou bien auraient été stoppées si les individus présents avaient le droit de porter également une arme pour se défendre. Si un voleur ou violeur sait qu’il est très probable qu’autour de lui plusieurs personnes aient une arme pour le stopper en cas de tentative de vol/meurtre ou viol, la criminalité descendrait fortement.

      En Suisse par exemple, on a décompté environs 239 morts par arme à feu en 2009, donc 198 étaient des suicides. En France, le nombre de morts par armes à feu est à peu près équivalent alors que les armes sont illégales. En revanche, si elles étaient autorisées, les personnes impliquées dans ces fusillades ou meurtres auraient pu se défendre, et certainement que, malgré ce que l’on pense, il y aurait eu moins de meurtre.

      Nous sommes dans un monde où seuls les personnes avec l’intention de faire du mal peuvent s’armer contre la loi, et les personnes ne peuvent se défendre s’ils la respectent.

      • Harry Mature dit :

        Et encore dans les statistiques sur la France on compte la Corse ou les lois sur les armes ne sont pas du tout respectées.

      • En-akor dit :

        Merci , pour cette réponse , j’en suis « convaincu » , meme si il y a encore du chemin a faire avant , qu’il y ait une prise de consience.

  3. mitsukipink dit :

    De rien, je suis contente d’avoir pu vous éclairer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s