Matérialisme et croissance

FabricaOn reproche souvent aux libéraux d’être matérialistes ou d’être des partisans de la croissance à tout prix. Quel est donc le rapport entre libéralisme et croissance économique ?

Les libéraux sont-ils matérialistes ?

Précisons que l’on parle ici de « matérialiste » au sens commun (quelqu’un qui aime les biens matériels) et non au sens philosophique (tout n’est que matière, y compris l’âme).

Le libéralisme n’est pas une apologie d’un mode de vie matérialiste mais l’idée que chacun doit pouvoir vivre sa vie comme il le souhaite. Ainsi, qu’un individu décide de vivre avec un minimum de biens matériels ou au contraire qu’il soit un matérialiste rêvant de remplir sa baignoire de pièces d’or, cela est indifférent au libéralisme.

Pourtant, il existe tout de même un rapport entre richesse et libéralisme. En effet, une économie libérale est la manière la plus efficace d’augmenter la richesse. De fait, beaucoup de gens sont matérialistes et souhaitent donc augmenter la quantité ou la qualité des biens auxquels ils ont accès. C’est pourquoi certains prônent le libéralisme comme un moyen d’augmenter le niveau de vie général, ce qui est loin d’être un avantage négligeable.

La décroissance dans une économie libérale

Imaginons maintenant que tout le monde renonce aux plaisirs matériels et ne consomme que le strict minimum. Le besoin de main d’oeuvre serait alors réduit, mais cela ne serait pas un problème car chacun accepterait de travailler pour un salaire inférieur puisqu’il n’aurait plus besoin d’argent supplémentaire (il n’y aurait donc pas de chômage de masse, mais une baisse généralisée des salaires). Chacun travaillerait donc moins et aurait accès à moins de biens matériels. Cela serait une situation de décroissance, mais qui ne serait en rien incompatible avec le libéralisme car elle peut être atteinte par le libre choix des individus.

Remarquez que dans la phrase précédente nous avons dit « chacun accepterait de travailler pour un salaire inférieur », mais que dans la réalité, cela est interdit par la loi à cause du salaire minimum. Choisir de travailler moins pour gagner moins (de l’heure) est donc interdit, non pas par le libéralisme, mais au contraire par la réglementation (les libéraux sont contre le salaire minimum).

Peut-on être décroissant est libéral ?

Un individu qui décide de vivre avec moins de biens, et en travaillant moins, ne viole absolument pas les droits des autres. Les partisans de la décroissance peuvent encourager les autres individus à adopter leur mode de vie. Cela est parfaitement compatible avec le libéralisme.

Mais dans la réalité, les partisans de la décroissance sous-entendent l’intervention de l’État pour provoquer la décroissance, et ainsi veulent forcer tout le monde à adopter leur mode de vie. Ainsi ils prônent taxes, réglementations, expropriations et autres atteintes à la liberté. Leur attitude est donc fondamentalement incompatible avec le respect des droits des individus.

Conclusion

Le libéralisme est le meilleur moyen pour permettre à chacun d’atteindre ses objectifs en respectant les droits d’autrui. L’augmentation de la consommation traduit alors la volonté d’un grand nombre d’individus d’augmenter leur bien-être matériel. Pourtant, le libéralisme n’oblige personne à adopter ce mode de vie, et respecte la liberté de choix de chacun, à condition que cela ne viole ni la liberté ni la propriété d’autrui.

Cet article, publié dans Société, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Matérialisme et croissance

  1. Ping : Les libéraux sont-ils matérialistes ? | Contrepoints

  2. Lame dit :

    La décroissance s’oppose (involontairement) au minarchisme car il est impossible de promotionner la décroissance sans intervention publique. Ces interventions ne sont pas forcément répressives. Certains choississent de promotionner l’économie mimétique. D’autres privilégient l’information et l’action associative. Ces voies s’accommodent bien de primes incitatives financées par un fond souverain par exemple.

    Il n’y a en réalité que peu de libertés qui sont remises en cause par l’écologie. Ce que l’écologie remet en cause, c’est la prétendue liberté de détruire l’environnement permettant la vie humaine pour faire du profit. Après quoi, il y a une marge entre le minarchisme qui ne permet aucune réalisation en matière de développement durable et le « Reich vert » dont rêvent effectivement certaines personnes.

    Il y a toutefois plus à craindre des visées autoritaires du nombre croissant de politiciens européens acquis à l’ultralibéralisme économique et au modèle politique chinois que de celles des écologistes les plus radicaux.

  3. filux14Filux dit :

    Je suis libéral décroissant ,

    Je suis décroissant dans le sens ou je pense qu’une croissance illimitée dans un monde aux ressources limitées n’est pas possible et c’est du reste ce qu’y est en train de se produire tout à fait naturellement et ce, dans tous les pays occidentaux, qu’ils soient libéraux ou pas. Et je suis libéral dans le sens ou je pense que l’aide sociale devrait être réaffectée en urgence aux premières victimes de ce qu’on nous vend comme une crise depuis plusieurs décennies mais qui n’est en réalité, qu’une mutation vers une économie ou une croissance très faible voir nulle sera la norme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s